Colère : En tant que leader du mouvement Équité Parentale, nous avons cosigné la demande d’amendement 1516 pour la PPL 1345 sur la loi justice actuellement débattue à l’assemblée nationale.

http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/1396/AN/1516.asp?fbclid=IwAR2PZeOa7u9VSmBRkFmxxsUC_vHFUZh-WiX5NonDKbmGwR03lFb6uCMf67w

Or, cet amendement n'a même pas été débattu à l'assemblée. D’après la collaboratrice de la députée Madame Calmont, « du fait de pressions (état major LREM, donc gouvernement), Mme Oppelt a retiré son texte ». C'est un déni de démocratie.

Il y a un an, la démocratie avait été bafouée durant les débats sur la résidence alternée via des reports et multiples demandes d’amendements ayant aboutis au report puis à l’annulation pure et simple du projet de loi. Là encore, sous couvert d’un tir à feu nourris des Républicains et surtout de la France Insoumise, le gouvernement REM avait mis un terme au projet.

Cette fois, les débats n’ont même pas eu lieu. C’est le groupe REM et donc la majorité en place qui en est responsable.

Dans le même temps, le projet pour la future « loi famille » prévue pour l’année prochaine se construit sous la pression de lobbys bien éloignés de la défense des valeurs de la famille traditionnelle et à l’origine de tous les blocages concernant les demandes de la défense des droits des pères, des enfants, de l’égalité entre parents, et la mise ne place de la résidence alternée avec médiation familiale par défaut lors des situations de divorces conflictuels avec absence d’entente sur les modalités de garde des enfants.

Nous n’obtiendrons rien de cette majorité et de ce gouvernement. Ils sont soumis à des forces contraires aux nôtres.

Cela rejoint notre intime conviction depuis bien longtemps : les politiques sont des hypocrites qui ne se mouilleront pas. Notre seule chance réside dans les manifestations de proximité pour demander aux gens de faire (correctement) leur travail. Les lois existantes sont insuffisantes, mais nous pouvons néanmoins militer pour demander leur application par les intervenants agissant sur notre quotidien.

Faisant suite au 16 mai 2018, le mouvement Équité Parentale organise un rassemblement devant toutes les préfectures de France le 16 janvier prochain durant les heures de travail des préfets et des fonctionnaires de ces structures. Nous demandons aux divers services de l'État de respecter l'égalité parentale et les lois existantes dans le cadre de leurs interventions, en les sensibilisant sur les thèmes suivants basés autour des demandes de la cessation des discriminations de genre défavorables aux pères dans notre pays :

  • Le changement d’adresse de résidence d’un enfant doit nécessiter l’accord des deux parents titulaires de l’autorité parentale.
  • Idem pour le changement d’établissement scolaire qui ne peut être décidé par un seul des deux parents, à l'insu du second parent.
  • Les documents importants concernant les enfants doivent être envoyés aux adresses des DEUX titulaires de l’autorité parentale.
  • Les forces de l’ordre doivent prendre les plaintes pour Non Représentation d’Enfant, Enlèvement Parental (etc) et les instruire, et ce sans afficher la moindre préférence pour l’un des deux types de parents.
  • Les associations « sociales » effectuant des troubles à l’ordre public doivent être poursuivies et sanctionnées.
  •     Les intervenants « sociaux » doivent être des professionnels diplômés, appliquer les lois et conventions, et ce sans aucune discrimination de genre.

A cet instant, 20 manifestations dans 20 départements sont validés. Nous en espérons au moins 40.

NOUS AVONS BESOIN DE PLUS D'ORGANISATEURS DANS PLUS DE VILLES !!!

N’hésitez pas à vous mettre en avant et à vous proposer pour aider à organiser ces rassemblements via le formulaire de contact de ce site ou bien en envoyant un message à stephane@equiteparentale.com.

Ce n’est pas le nombre de participants par préfectures qui est important, mais le nombre de préfectures où nous serons présents. Nous voulons que les préfets de France fassent appliquer la loi sans discrimination de genre dans leurs zones de responsabilité, ce qui est loin d’être le cas actuellement.

30/11/2018 Stef
Actualités     Résidence Alternée    
291