L'état des lieux est sans appel (ainsi que la fréquentation des commissariat et gendarmerie les samedis matins, où le premier jour des vacances scolaires). 

 

Un grand nombre de personnes se permettent sans raison valable de refuser de donner leur enfant à l'autre parent dans les conditions désignées par le juge des affaires familiales.

 

Il n'est pas rare de voir des dossiers comprenant plusieurs dizaines de plaintes pour non-présentation d'enfant avant que la justice ne se décide à réagir. Sachant qu’une plainte pour non-présentation d'enfant représente un mois sans voir son enfant, certaines personnes se retrouvent donc parfois plusieurs mois ou années avant que le parent coupable ne soit convoqué (pour être confronté a des sanctions dérisoires).

 

Associer tout constatation d'infraction à un paiement forfaitaire de 1000€ la première fois, puis 2000€, puis 3000€ etc devrait permettre de considérablement limiter le nombre de répétitions de ces infractions. Bien sûr tout appel serait possible, sur le même modèle que celui des amendes normales. Cette mesure est extrêmement simple à appliquer, et semble un moyen beaucoup plus sain de ramener de l'argent vers les caisses de l'État que de placer des radars automatiques partout.

20/06/2017 Pierre
Perdre son enfant     Propositions    
652