Bonjour mes amis !

J'ai pris une grande décision. Malgré les environnements contraires et ce qu'il faut traverser, je porte ma candidature sur la liste de Gaël Coste-Meunier pour les Européennes. Je suis donc en position 3.

Vous en entendrez certainement parler, parce que l'on va faire passer les influenceurs sur nos médias et les autres. Et nous allons militer.

Puisque cela avance tout doucement au niveau de la France, peut-être que la solution est de passer à l'étage au-dessus et d'aller demander aux institutions européennes d'harmoniser les droits de la famille en Europe, auprès des pays membres de l'Union européenne, pour aller défendre les droits parentaux. Parce que ce sont quand même nos enfants, et ce ne sont pas ceux des États. Nous ne sommes pas encore en République Soviétique, en tout cas pas à ma connaissance. Les enfants doivent être élevés par leurs parents, et non pas par une administration extrêmement déficitaire ou critiquable.

Alors voilà, étape suivante : la demande d'harmonisation. En tout cas, c'est la tendance que je vais porter dans cette liste : une harmonisation au niveau européen des services sociaux. Puisque vu que nous en France, nous ne sommes visiblement pas capable de les harmoniser au niveau national, que chaque département de manière indépendante fait un peu ce qu'il veut, et qu'il n'y a aucun contre-pouvoir, aucun respect du contradictoire, aucune statistique, rien du tout, et bien nous allons essayer de demander au niveau européen que les divers pays s'harmonisent et se mettent ensemble pour travailler ensemble pour la défense des enfants.

Il est important de protéger les personnes vulnérables et les enfants qui ont besoin d'être défendus. Par contre, pour cela, il est nécessaire de professionnaliser les réseaux, les méthodologies et les organismes de protection des enfants. Non pas de les confier à des bénévoles, ou de les confier à des personnes peu formées, ou à des associations avec une petite délégation de service d’état, ou à des entreprises qui très clairement vont aller faire de l’argent. Ce sont quand même des sujets graves.

Nous aimerions qu'une loi particulière soit établie au niveau européen. Parce que le droit de la famille, le droit de l'enfance, ce n'est pas la même chose que le droit douanier, ce n'est pas la même chose que le droit des affaires, ce n'est pas la même chose que le droit du pénal. Quand des gens se séparent ou se fâchent, ou donnent naissance à un handicapé, ce n'est pas forcément à des policiers, à des tribunaux d'intervenir pour punir de manière répressive, pour prendre les enfants, les mettre ici ou là, etc.

Donc il y a cette tendance extrêmement forte sur les services sociaux qui ont besoin de mettre en place un agrément, un contre-pouvoir. Ainsi qu’un listing qui fait que les gens qui n'ont rien à y faire n'y aillent pas, et qu’à contrario, les gens qui font leur travail correctement soient récompensés de faire leur travail correctement.

Pour les personnes qui ont affaire à ces services (qui ont quand même le culte du secret et font parfois preuve d'autoritarisme), il faut qu'il y ait un guichet. Que l'IGAS, ou un autre organisme, soit un peu plus présent au niveau des particuliers pour pouvoir leur répondre. Et cela, également lorsque les familles se retrouvent par le brassage européen à cheval sur plusieurs pays européens. Il faut qu'il y ait des passerelles, des normes et que l'on s'entende. Je pense donc que la justification européenne est présente. Tout cela se justifie.

Car l’on pousse. On pousse pour demander à nos départements, cela ne marche pas... On pousse pour demander à l'Assemblée, cela ne marche pas... Donc, nous allons aller demander à l'Europe. Et si l'Europe dit oui, elle imposera à l'Assemblée, puis aux départements, de respecter des règles, des méthodologies, des lois, dans ce que j'espère sera le bien de tous.

C'est très clairement quelque chose que je vais porter sur cette liste. Et écoutez, ils diront ce qu'ils voudront. Ils viendront nous cracher dessus s'ils le veulent, et ils viendront nous dire ce qu’ils veulent… Ce n'est pas grave. On leur montrera. On leur montrera comment la justice est instrumentalisée. On leur montrera comment ils ne sont simplement pas capables de résoudre les situations graves dans lesquelles les gens se trouvent, à cause de la médiocrité et de l'incompétence. Cela permettra aussi de le mettre sur le devant.

Cela permettra aussi de montrer quelles sont les personnes qui se complaisent et à qui cela plaît que ce soit tellement le boxon, que ce soit tellement douloureux pour tellement de personnes. Il faut montrer, il faut mettre en avant, mettre de la lumière sur ceux qui ont milité pour que nous soyons aussi nombreux à vivre des situations aussi intenables, aussi kafkaïennes, aussi ridicules, aussi médiocres quelque part… Avec un taux de mortalité qu'il faudra aussi un jour évaluer.

En ce mois de janvier, je transmets mes informations à tous ces parents qui sont privés de leurs enfants, à tous ces enfants qui sont privés de leurs parents. Ne craquez pas, je sais que c'est l'époque… Mais ne craquez pas.

Nous allons essayer de faire en sorte que ce ne soient pas les jeunes filles débutantes qui soient envoyées au Juge des Enfants ou au JAF. Que le contradictoire soit respecté au niveau des services sociaux. Que les enfants ne soient pas séparés dans les fratries. Que les familles d'accueil soient surveillées un peu plus qu'une fois tous les 23 ans. Que lorsque madame Michou vient regarder chez vous en disant « Ah, le chat a des marques, il s'est fait taper dessus » ou alors « il y a un truc au mur », et bien qu'il y ait une manière de lui répondre par quelqu'un d'autre. Et puis que si jamais elle est prise à faire n'importe quoi, qu'elle ne puisse plus jamais le faire, mais pour de vrai, et qu'on le sache. Qu'on le fasse dire aux autres. Et que si quelqu'un fait une dénonciation calomnieuse au 119, ou alors se met à colporter des ragots pour régler ses comptes et se fait attraper, et bien que cela se sache aussi. Que ce soit répréhensible, que ce soit puni, et que cela se sache.

Parce que je pense qu'effectivement il faut libérer la parole, il faut protéger nos enfants, protéger nos femmes, protéger nos hommes, donc les personnes vulnérables de manière générale. Mais il faut aussi qu'il y ait moins de dommages collatéraux. Et que ceux qui abusent de la situation, ceux qui en abusent ou ceux qui ne sont pas à la hauteur, qui ne sont pas capables de relever ce défi fondamental, et bien qu'ils en subissent les conséquences. Soit qu'ils n'y participent pas, soit effectivement qu'ils en subissent aussi les conséquences.

Je vous dis à très bientôt.

Bisous à tous.

Stéphane Lambert




Pour soutenir mon travail, mes frais juridiques (plusieurs dizaines de milliers d'euros), la baisse d'activité de mon entreprise liée à la pollution de mon affaire personnelle... Plus de 10 ans de combats pour mon enfant et ceux ces autres... Ce n'est pas facile tous les jours, merci pour votre support !

Patreon

https://www.patreon.com/StephaneLambert

1
Actualités     Interviews     Résidence Alternée    
995

Laisser un commentaire