Bonjour

Merci d’avoir accepté notre demande d’interview.

- Pouvez-vous tout d’abord vous présenter, et indiquer quelle est votre implication dans la lutte pour l’égalité parentale et la défense des droits des papas ?

Je m’appelle Greg, je suis trentenaire, j’ai 4 enfants (2 au moment du divorce) et ma femme a demandé le divorce en 2012 après 8 années de mariage et presque 12 de relation de couple.

J’ai lancé le blog papadivorce.com en Septembre 2016 pour partager mon expérience. J’ai fait le constat que les hommes étaient peu représentés sur le web, surtout parce que les hommes sont plus pudiques et sûrement un peu fier. Pour cela ils ne partagent pas leur vie sur les forums où de toute manière, ça finit toujours en guerre de tranchée entre les hommes et les femmes et donc rien de constructif n’aboutis.

Je me suis dit que cette expérience (4 années de procédure) devait servir à d’autres et que j’avais un rôle à jouer pour permettre aux anonymes et oubliés du web de pouvoir se retrouver et avoir un espace pour eux.

J’anime aussi un groupe Facebook fermé (Papas divorcés) où les papas divorcés peuvent venir échanger, s’aider et se soutenir. C’est un endroit magique où plein de pères trouvent du réconfort !



- Avez-vous été confronté de manière personnelle à la gestion de conflits familiaux impliquant des enfants ?

Mon divorce a laissé des traces car il prend son ancrage dans les multiples adultères de mon ex-femme qui a beaucoup délaissé mes enfants pour aller « s’amuser ». Je n’ai pas un caractère à dispute mais il y en a eu quand même. Nous avons débuté notre divorce avec un accord pour tout mais après 2 années de procédure, la vie reprend ses droits et j’ai fait des choix difficiles et structurant pour mon avenir alors j’ai demandé la garde de mes enfants.

Les conflits sont arrivés à ce stade où du côté de mon ex-femme, on s’est pas mal lâché devant les enfants : mensonges, manipulation émotionnelle, différence d’éducation, propos orduriers…

Il a fallu rétablir la vérité, faire des choix de langages vrai et droit avec mes enfants (5 et 8 ans). Mais je ne regrette pas, quand on est droit dans ses bottes, il faut jouer le long terme, les enfants voient que le discours et les actes sont alignés et cela ne varie pas dans le temps. Alors ils comprennent petit à petit.




A/ Vous êtes l’animateur du groupe Facebook « Papas divorcés ».
- Comment est né « Papas divorcés
 » ?

Je l’ai expliqué un peu plus haut mais je peux ajouter que ce groupe a fait l’objet d’une demande de la part des visiteurs de la page Facebook du même nom. Au début, je n’étais pas certain de pouvoir assumer, de vouloir créer une « communauté » mais maintenant que j’ai sauté le pas, je suis très heureux de voir que les pères se retrouvent à l’abri des regards indiscrets et se font du bien.

Et dans la vision que j’ai, je désire avoir un écosystème dont le blog serait le cœur et faire venir de différents canaux les pères divorcés pour qu’ils trouvent des réponses claires à leurs questions et un espace à eux.



- Que conseillez-vous aux pères qui luttent pour accéder a leurs enfants, face à une justice familiale faible et dysfonctionnante, et a des services sociaux qui prennent parti exclusivement pour les mères, souvent sans ne rien comprendre ?

Ma vision pour le divorce et surtout pour l’intérêt des pères, c’est d’être intelligent. Pour moi, la médiation et le droit collaboratif doivent se développer pour permettre un équilibrage des forces.

Trouver un accord, penser aux enfants doit être la seule motivation des parents MAIS cela ne peut se faire que par une tierce personne dans beaucoup de cas.

Le divorce s’accompagne de blessures profondes, surtout quand il y a tromperie, la fierté touchée ou le désir de vengeance passe avant toute chose, quand ce n’est pas l’argent qui motive certain parent.

C’est humainement compréhensible car pour l’un ou l’autre, c’est un monde qui s’écroule.

Cependant, dès qu’il y a des enfants, il faut absolument pendre du recul, être intelligent et de bonne volonté. Penser à l’avenir, pas seulement aux 3 prochains mois mais aux 10 prochaines années. Il faut voir loin, relever la tête pour voir ce qu’il va se passer plus tard (anniversaires, mariages, les moments importants de la vie de vos enfants). Où serez-vous ? Quelles sera votre place à ce moment-là ? Que désirez-vous ?

Les besoins doivent être exprimés dès la rupture pour que l’autre en prenne conscience et puisse y réfléchir aussi.
En étant plus intelligent, on force l’autre à rentrer dans l’analyse et on peut arriver à ouvrir un dialogue et trouver des solutions.

Malheureusement, je ne mets pas une pièce sur l’évolution de la justice car nous traînons la culture, l’éducation, la vision de la société et les inégalités hommes femmes dans le travail et tout cela désert les pères.
Je mise plus sur les individus entre eux pour aller vers un accord.



B/ Il y a beaucoup de structures impliquées dans la lutte pour légalité parentale, la défense des droits des pères, etc..
- A votre avis, quelles sont les organisations majeures en place actuellement et susceptible d’avoir un véritable impact au niveau national ?


Pour moi la médiation familiale est un vrai levier et la justice devrait la rendre obligatoire.
=> Remarque : SOS PAPA 24 soutient totalement cette idée, et va la rajouter dans la liste de nos propositions.


- D’après-vous, d’où provient la baisse du poids de la parole des pères ces dernières années ?

C’est un point de vue personnel. La société se féminise et le rôle de père perd de son poids. Il y a aussi énormément de pères absents qui continuent de desservir la cause. Faute de pères, le monde perd ses repères.
Et cela va continuer je le crains.

Les hommes manquent de cohésion également. L’entraide ne fait plus partie des valeurs de notre temps. L’égoïsme et le repli sur soi font aussi du dégât.



- Comment pourrait-on créer une « bourse des idées » afin de lister et d’établir les propositions les plus utiles et plus populaires ?

Rassembler des idées via un site est me semble-t-il une étape fondatrice importante. Porter ces idées dans une pétition sur change.org pour la présenter aux élus peut être une solution.


- Que pensez-vous de l’idée de créer une Confédération des Défenseurs de l‘Égalité Parentale, qui permettrait à toutes les structures de garder leur indépendance et leurs spécificités locales, mais de se regrouper pour devenir force de proposition auprès de nos élus ?

Je pense que cette idée peut faire sens à condition de trouver des gens prêts à s’impliquer et c’est là que tout devient difficile.


- Avez-vous quelque chose à rajouter en plus de ces questions ?

Je souhaite un bon courage à tous les pères divorcés. J’ai réussi personnellement à m’en remettre et je suis aujourd’hui remarié et j’ai deux nouveaux enfants. Rien n’est perdu, j’en suis la preuve vivante. Gardez courage !

Merci, et nous vous souhaitons une excellente journée:)

=> Greg a fondé le site internet http://www.papadivorce.com, ainsi que la page Facebook Papas Divorcés, et le groupe Facebook fermé Papas divorcés.

06/10/2017 Stef
Interviews    
733