Vue d'artiste :MJR

La justice et les institutions se sont tellement habituées aux Éloignements Géographiques Volontaires, Non Représentation d’Enfant, Syndromes d’Aliénation Parentale, Exclusions Parentales, etc, que certains juges n’hésitent même plus à dire ce genre de chose durant les audiences. La non application des lois, le désintérêt des politiques, l’idéologie du système judiciaire, ont mené à la banalisation la plus totale de ces pratiques qui font dorénavant parti du quotidien des séparations parentales conflictuelles, sans que cela ne dérange plus personne. La plupart du temps, ces faits (relevant pourtant du pénal) ne sont d'ailleurs même pas indiqués dans les comptes rendus des audiences.






Vue d'artiste :MANU

Un père subissant un racket démesuré alors qu’il n’a pas le droit d’éduquer ses enfants ni de les voir grandir autrement que par l’équivalent d’un partage de présence de 4 jours par mois. Papa loisir, Papa sponsor, mais pas Papa père. Allant à l’encontre de notre constitution (article 1, égalité devant la loi), la justice, les institutions et les services sociaux trouvent pourtant cela tout à fait normal. La non application des lois fait que l'enfant est transformé en source de revenus, et le père en « géniteur / sponsor ».




Vue d'artiste : Cris (UK)
Thibault Bazin et Danièle Obono ont mené les offensives de droites et de gauches contre le projet de loi, chacun avec leurs arguments...




Vue d'artiste : Krikis
Ce petit dessin d’artiste cible les pratiques et usages des audiences familiales, où l’on donne majoritairement raison a la mère et majoritairement tord au père, et ce quelles que soient les circonstances. Celui-ci se retrouve culpabilisé et réduit à une fonction de rémunérateur de la mère qui obtient quasi-constamment la garde de l’enfant commun. Ces expériences sont le plus de souvent de grands moments de solitudes pour les papas qui découvrent alors une réalité qu’ils ne soupçonnaient pas. Certains ne s’en remettront jamais.




Vue d'artiste : Ricky Castillo
Cette caricature illustre les statistiques montrant que les gardes d'enfants sont quasiment constamment attribuées à la maman et presque jamais au père. Or, la loi spécifie que les deux parents ont exactement les mêmes droits. Les statistiques d'attribution de garde devaient donc être de 50%/50% quand les 2 parents en font la demande. Le plus souvent, le papa perd tout pouvoir d'influence sur l’éducation de ses enfants, son rôle se limitant malheureusement à signer des chèques.




Vue d'artiste : Cartoon Of Milk
Un papa qui travaille, pour faire vivre une maman utilisant son enfant comme un appât. Cette situation déplorable est le quotidien de dizaines de milliers de personnes dans notre pays, sans que personne ne s'en émeuve.




Vue d'artiste : Krikys
Environnement saturé, budgets inexistants... Certains intervenants (pourtant obligatoires) sont rémunérés de manière scandaleuse. Avec parfois des incidences elles-aussi totalement scandaleuses...




Vue d'artiste : Gadtoons
La modernité va-t-elle entraîner certaines situations inédites dans la justice familiale ?




Vue d'artiste : (Cartoon Of Milk)
Un tribunal, une situation d'urgence, et... La mise en place de commissions et de procédures qui, dans un environnement extraordinairement surchargé, prendront des mois. Ceux-ci se révéleront au mieux approximatifs, au pire totalement erronés. Statistiquement, ils seront dans la grande majorité en faveur de la mère. Toutes nos excuses pour l'imagerie un peu extrême, mais il s'agit d'une caricature. Il s’agit donc bien sur de second degré.




Vue d'artiste : (Cyberwolf)
Un papa a mis les enfants de sa nouvelle compagne dans la même école que sa fille, dans l'espoir de pouvoir la revoir. En rétorsion, tous les matins et soirs, son ex-femme essayait de l’empêcher d'embrasser sa fille devant l'école. Et un jour, celle-ci lui a vraiment dit cela...




Vue d'artiste : (Cartoon Of Milk)
Cette caricature a pour but de mettre en avant la différence flagrante de traitement entre les pères et les mères durant le processus de gestion des conflits familiaux. Pendant que les papas sont exclus de l'éducation de leurs enfants, il leur est en revanche demandé des efforts financiers régulièrement insoutenables. Ne pas payer une pension alimentaire relève d'une condamnation pénale. Par contre, l'exclusion parentale permanente du père est mise en place, soutenue et encouragée par la majeure partie des acteurs du secteur.




Vue d'artiste : Dukudraw
Ce cartoon tente de montrer un environnement où les intervenants sont en très grande majorité des femmes.

Malheureusement, une certaine partie de celles-ci auront fait ce choix de carrière car ayant été victime de mauvaises expériences certes totalement inadmissibles et extremement malheureuses, mais influants sur leur comportement et leur manière de travailler dans un environnement conflictuel de type familial ou conjugal.

Il s'en résulte une agressivité latente, et une impression de partie-pris systématique ressenties par les pères confrontés à ces personnes.




Vue d'artiste : Ricky Castillo
La balance de la justice penche bien souvent du même coté... On écoute les mamans beaucoup beaucoup, même quand elles disent n’importe quoi. On écoute les papas un tout petit peu, même quand ce sont eux les victimes. La notion de malveillance n’a pas d’existence durant les audiences familiales. Au final, seul compte la mise en place de la cellule mère-célibataire/enfant, financée par le père. Le reste n’a que très peu d’importance. Les délais de procédure n'ont pour incidence que de protéger et renforcer les situations existantes, afin de les entériner.


16/04/2018 Stef
Outils    
619