Bonjour Isabelle

Bonjour Stéphane :)

Merci d’avoir accepté notre demande d’interview.

Pouvez-vous tout d’abord vous présenter, et indiquer quelle est votre implication dans la lutte pour l’égalité parentale et la défense des droits des papas ?

Bonjour. Je m’appelle Isabelle. Je suis une maman divorcée et compagne d'un papa qui se bat depuis bientôt 4 ans pour récupérer la garde de ses deux filles qui ont aujourd’hui 7 et 9 ans.

J'ai toujours été interpellée par le peu de place qu'ont les papas après une séparation.  Mais depuis que je suis avec mon compagnon je suis carrément effarée par le manque de considération dont ils font l'objet par tous les intervenants de l’enfance et ça c'est intolérable.


Avez-vous été confronté de manière personnelle à la gestion de conflits familiaux impliquant des enfants ?

Oui hélas. Quand j'ai connu mon compagnon il était séparé depuis quelques mois de la maman de ses filles.  Il avait la garde alternée.  Tout se passait bien. Pour ne pas énerver la maman qui vivait mal la séparation il était très conciliant car il avait toujours eu très peur de ses mouvements de rage qu'elle avait parfois envers ses filles et lui. Mais c'est évidemment pour ses filles qu'il s’inquiétait.  Quand la maman a appris qu'il avait une nouvelle  compagne elle a tout simplement décidé de ne plus lui présenter ses filles. De ne plus les mettre à l'école. L'aînée était en première primaire et nous étions au mois d’avril.  Elle a essayé de changer les filles d'école sans en aviser le papa évidemment qui l’a appris grâce à un coup de fil de l’inspecteur de police de la jeunesse. Il a évidemment fait toutes les démarches pour montrer son désaccord. 

Quand l’audience à eu lieu nous y sommes allés confiants. Que pouvait-il arriver ? Madame le juge devait faire suivre le jugement qu'elle avait donné un an plus tôt.  Et surprise elle a déclaré qu'il y avait un grand risque d’aliénation parentale (terme que nous ne connaissions pas) car les filles ne voyaient plus leur papa depuis 7 semaines.  Et que donc cela risquait de les perturber si on les obligeait à retourner chez lui immédiatement. Elle a donc dit qu'elles viendraient un jour par semaine de 10 h à 18 h ! Nous étions sous le choc et la première pensée qui m'est venue à l’esprit c'est que les mamans ont tous les droits.

Si cela avait été le papa qui avait agit ainsi il aurait risqué la prison et aurait écopé d'une amende conséquente.  Et depuis les choses ont été de mal en pis…



A/ Vous êtes l’animateur de la page Facebook « Papa existe aussi »
Comment est né « Papa existe aussi » ?

Je ne désirais pas m'exprimer sur ce que l'on vivait sur ma page personnelle.  J'ai eu envie cependant de mettre par écrit ce que j’estimais être une énorme injustice et que peut être d'autres parents vivaient la même situation, dans l'ombre et se sentaient seuls.


Quelles sont les actions et démarches de « Papa existe aussi » ?

J'ai fait plusieurs courriers. Au ministre de la justice, au premier ministre en Belgique et en France, j'ai fait un signalement pour faire connaître cette discrimination à l’association de l’égalité des chances. Je mets en place une exposition photos pour le début de l'année prochaine et vais organiser le café des papas afin d’offrir un moment de parole et de soutien dans la vie réelle.  Un partage de situation qui peut au final apporter des idées, des solutions aux papas …


Quelles sont les propositions majeures de « Papa existe aussi » ?

À travers papa existe aussi je voudrais faire comprendre aux parents qui se servent de leurs enfants pour détruire l'autre parent qu’ils font du mal avant tout à leurs enfants.  Que c'est déjà tellement douloureux pour eux de ne plus vivre avec ses deux parents, il ne faut pas leur faire vivre une guerre. Que tous ces enfants qui vivent cela seront demain des adultes sans estime de soi, sans respect  sans confiance et que c’est comme ça que l'on explique la situation actuelle.  Un monde meilleur j'y crois encore. Il suffirait de faire ce qu'il faut pour que nos enfants soient sereins…


Que conseillez-vous aux pères qui luttent pour accéder a leurs enfants, face à une justice familiale faible et dysfonctionnante, et à des services sociaux qui prennent parti exclusivement pour les mères, souvent sans ne rien comprendre ?

Le problème est bien là.  La confiance totale que tous ces intervenants ont dans les mamans.  Elles n'ont qu'à ouvrir la bouche et ils sont pendus à leurs lèvres en secouant la tête pour montrer à quel point ils sont touchés par tout ce que ces horribles papas ont fait. Le conseil à donner aux papas est de garder leur calme face à toutes les attaques.  De jouer leur jeu et de répéter que tout ce qu'ils veulent c’est le bien-être de leur enfant, qu'ils savent qu'il a besoin de sa maman et jamais il ne voudrait les séparer.. De ne pas s'étendre sur ce qu'ils reprochent à la maman.  Ça ne sert à rien.  Ils ne vous croiront pas et vous trouveront agressifs. C'est un rôle à jouer. Difficile certes mais nécessaire. Si la maman dit que vous êtes un alcoolique, faites faire une prise de sang complète pour démontrer le contraire.  Si elle dit que vous êtes un fou dangereux, n’hésitez pas à demander un papier de votre médecin traitant pour démontrer que ce n'est pas vrai. Demandez une médiation : les juges apprécient cette attitude ouverte. Bref, tout le contraire de ce que vous voudriez faire. Dites-vous que l’important c'est de retrouver vos enfants, pas votre fierté

B/ Il y a beaucoup de structures impliquées dans la lutte pour légalité parentale, la défense des droits des pères, etc..

A votre avis, quelles sont les organisations majeures en place actuellement et susceptible d’avoir un véritable impact au niveau national ?


Soupapes me semble avoir un peu droit à la parole. Mais c'est pas gagné.


D’après-vous, d’où provient la baisse du poids de la parole des pères ces dernières années ?

Le féminisme.  Les femmes entre elles dénigrent constamment les hommes.  Dès que vous dites à vos amies copines collègues que vous vous séparez du papa de vos enfants, elles ont toutes la même réponse : « Fait le cracher un max ce salaud ». Sans rien connaître de la situation, de son implication dans son rôle de père, elles condamnent immédiatement. La maman est toujours perçue comme la victime et le papa le méchant. Malheureusement beaucoup de mamans se font monter la tête. Et elles sont soutenues car personne n'a la présence d’esprit de se dire « tiens avant elle ne disait jamais que son mari était violent alcoolique blablabla. ».


Comment pourrait-on créer une « bourse des idées » afin de lister et d’établir les propositions les plus utiles et plus populaires ?

Sur internet, sur tous les sites et pages Facebook qui abordent le problème et qui renverraient les réponses à un administrateur, peut-être...


Que pensez-vous de l’idée de créer une Confédération des Défenseurs de l‘Égalité Parentale, qui permettrait à toutes les structures de garder leur indépendance et leurs spécificités locales, mais de se regrouper pour devenir force de proposition auprès de nos élus ?

Je trouve que c'est une magnifique idée.  Car chacun dans notre coin nous luttons pour bien peu de résultats.  Il faut regrouper nos efforts nos idées et surtout nos localisations …Les papas doivent avoir une aide efficace et un soutien infaillible.  Il faut que le monde se réveille.  On est en 2017 les papas sont là et veulent faire partie de la vie de leurs enfants…


Avez-vous quelque chose à rajouter en plus de ces questions ?

Je vous remercie de m'avoir donné la parole. Je souhaite que chaque maman se souvienne qu'il ne faut pas confondre l’attitude du mari, du compagnon et celle du papa.

Merci, et nous vous souhaitons une excellente journée:)

--------------------------------------

Isabelle est l'animatrice de la page Facebook PAPA EXISTE AUSSI  , qui se signale par un esprit positif, informatif, et qui est suivi par plusieurs milliers de personnes.

19/09/2017 Pierre
Interviews    
748