Bonjour Monsieur Pierre Nompeix.

Merci d’avoir accepté notre demande d’interview.

- Pouvez-vous tout d’abord vous présenter, et indiquer quelle est ou quelle a été votre implication dans la lutte pour l’égalité parentale ?
A l’origine délégué SOS PAPA (national) en Dordogne depuis 2007, avant que SOS PAPA ne devienne complètement désorganisé avec ses querelles infantiles de chefs (bravo l’exemple), j’ai vécu à peu près le pire et l’ensemble de ce qu’un parent peut vivre en matière de séparation du point de vue de l’environnement émotionnel et judiciaire sans toutefois la case prison. Il faut dire que les motifs de séparations (dès lors qu’elles sont « calculées» ou préméditées) collent très souvent à l’actualité. Je suis tombé sur la case Outreau, je vous fais grâce de la suite...

- Avez-vous été confronté de manière personnelle à la gestion de conflits familiaux impliquant des enfants ?
Les conflits sont arrivés après, quand j’ai enfin appris ce qu’on me reprochait, quand j’ai compris que j’allais passer de victime à coupable. La seule chose dont j’étais réellement coupable était d’avoir rencontré la mère de mon fils.


A/ Vous avez été l’intervenant principal de l’association SOS PAPA Dordogne.

- Comment et pourquoi avez-vous rejoint/fondé cette structure ?
Comme tout parent en état de séparation, vous recherchez Écoute et Compréhension, on ne comprend rien au fonctionnement de la justice, on est pas formé pour ce genre de situation et dans mon cas il y avait en plus des accusations graves .Il n’y avait plus de délégué en Dordogne j’ai naturellement postulé et ai voulu mettre mon vécu au service des autres.

- Quelles sont les actions et démarches que vous y avez effectué ?
Après avoir constitué The Dossier de candidature complet , avec extrait de casier judiciaire et toute une panoplie d’autres pièces… super sérieux l’asso (à l’époque) et entretien avec le président de l’époque (une pointure), j’ai pu mettre en place une permanence à la maison des associations à Périgueux . On avait un support du siège en cas de questions trop pointues (avocats, psychologue, et bien sur un secrétariat au top)

- À combien de dossier avez-vous été confrontés environ ?
Je n’ai plus les stats à ma disposition, mais de mémoire une 60aine de rencontres en permanence et plus de 150 contacts téléphoniques. Quelques interventions radio (France Bleu, radio Liberté, ...).

- Au vu de votre connaissance du secteur, quelles sont les propositions majeures que vous effectueriez si vous en aviez la possibilité ?
1/ L’application et le respect du droit existant.
2/ La résidence alternée par défaut.
3/ La mise en place d’amendes systématiques en cas de non représentation d’enfant.


B/ Il y a beaucoup de structures impliquées dans la lutte pour légalité parentale, la défense des droits des pères, etc..

- À votre avis, quelles sont les organisations majeures en place actuellement et susceptible d’avoir un véritable impact au niveau national ?
À ce jour aucune n’est malheureusement suffisamment crédible d’une part et aucun politique ne mène un combat de ce côté-là

- D’après-vous, d’où provient la baisse du poids de la parole des pères ces dernières années ?
Pour les raisons évoquées au-dessus

- Comment pourrait-on créer une « bourse des idées » afin de lister et d’établir les propositions les plus utiles et plus populaires ?
Les propositions ne manquent pas mais il faut qu’elles soient politiquement relayées et traduites puis votées. Aujourd’hui il est plus facile d’être un fil dénudé dans une gare de triage qu’un parent séparé pour être entendu

- Que pensez-vous de l’idée de créer une Confédération des Défenseurs de l‘Égalité Parentale, qui permettrait à toutes les structures de garder leur indépendance et leurs spécificités locales, mais de se regrouper pour devenir force de proposition auprès de nos élus ?
Il faut surtout que des élus préalablement sensibles et engagés fassent partie de la structure…

- Avez-vous quelque chose à rajouter en plus de ces questions ?
C’est un combat long et fatiguant, fait de beaucoup de désillusions. Mais il est  avant tout très formateur. Il peut être aussi une forme de thérapie car il permet des rencontres entre personnes ayant un même vécu. Il peut être rassurant ou pas.  Mais il est surtout pour l’amour que l’on porte à nos enfants, et rien que pour ça … il vaut le coup d’être vécu !!!

--

Merci, et nous vous souhaitons une excellente journée :)

22/08/2017 Stef
Interviews     Dordogne    
615